Patricia Veringa Gieskes, le don de soi faite femme

Autodidacte qualifiée ayant construit un véritable empire au fil des années, Patricia Veringa Gieskes est une véritable femme d’impact. Possédant des compétences avérées en ressources humaines, gestion de projet et stratégie commerciale, ses réalisations au cours de ces 30 dernières années parlent pour elle. À la tête de plusieurs entreprises florissantes telles que The Job Factory, Oracles et TJF capital sa motivation reste l’amélioration des conditions de vie de la population. Au sein de la fédération des entreprises congolaises, le manageresse est d’ailleurs particulièrement fière d’avoir participé à l’augmentation du salaire minimum interprofessionnel garanti, qui, grâce au travail abattu par sa commission est passé de 33$ en 2017 à 120$ en 2018. Plaçant l’humain au centre de ses initiatives, l’administratrice impressionne par sa détermination et sa résilience.

Née à Kinshasa, Patricia Veringa Gieskes passe l’essentiel de ses classes secondaires aux Pays-Bas. Sa trajectoire est assez surprenante en ceci qu’elle est autodidacte. Séduite par le côté pratique, elle ne s’adonne pas aux études universitaires, mais se forme sur le tas en travaillant avec des entreprises européennes et américaines. Ayant acquis une expérience correcte en informatique et en ressources humaines, elle s’installe en Afrique du Sud ou elle va exercer pendant plusieurs années.

De retour au Congo en 2004, Patricia Veringa Gieskes rejoint au poste administratrice principale de l’international organisation for migration, une agence de Nations Unies pour les migrations. Depuis 2011, l’entrepreneur est Administrateur / Président de la Commission Nationale Sociale de la Fédération des entreprises du Congo/Haut katanga. Notons également qu’elle est administratrice de l’Institut National de Préparation professionnelle (INPP) et Présidente  de l’organisation à but non lucratif Bilenge Ya Kinshasa, dédiée à l’essor de la jeunesse, l’entrepreneuriat congolais et la mise en relation avec des partenaires étrangers.

Redoutable femme d’affaires, son aventure entrepreneuriale débute en 2006, elle fonde sa première entreprise dénommée THE JOB FACTORY RECRUITMENT afin de résoudre la problématique de l’emploi  dans un environnement où le taux de chômage des jeunes est sans cesse grandissant. Surprenante, en 2019, l’administratrice fonde l’entreprise ORACLES, opérant dans la Biotechnologie, c’est un laboratoire mobile effectuant des tests hyper rapide pour le dépistage de la Drépanocytose, la Malaria, etc. Polyvalente, elle remet le couvert en créant TJF CAPITAL en 2020, spécialisé dans la finance en général et le capital Investment en particulier, elle souhaite accompagner les petites et moyennes entreprises avec un appui financier équitable.

Installer dans divers secteurs, dont les ressources humaines, les formations, la santé et enfin les finances, Patricia Veringa Gieskes veut contribuer activement à ce que l’égalité des chances soit une réalité afin que tous les citoyens vivent de manière décente. Elle déclare d’ailleurs que : « On ne peut pas considérer que nous avons réussi dans la vie quand il y a encore beaucoup d’enfants qui dorment dans la rue et quémandent du pain chaque jour. Notre réussite doit se mesurer sur notre participation à améliorer celle des autres. Je veux que ces enfants, qui vivent dans la rue, aient une même qualité de vie que mes propres enfants, qu’ils aillent aussi au cinéma comme les miens », renchérit-elle.

Mispa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *